Retour à l\'accueil Aller au Repaire de Harry Potter Aller au Repaire de Rowling
Nous sommes le 15 Nov 2018 15:38

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Interview des Patil - 17 novembre 2005 - CBBC Newsround
MessagePosté: 30 Nov 2005 23:10 
Hors ligne
Administratueuse
Administratueuse
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Déc 2003 18:39
Messages: 9950
Localisation: En train de regarder mes photos de vacances !
Pottermore: VoyantNight75
Interview de Afshan Azad et Shefali Chowdhury (les jumelles Patil), le 17 novembre 2005. CBBC Newsround.



Dans Harry Potter et la Coupe de Feu, les jumelles Patil rendent envieuses de nombreuses personnes en se rendant au Bal de Noël avec Harry et Ron.
Nous avons rencontré Afshan Azad et Shefali Chowdhury, qui jouent respectivement Padma et Parvati, pour les interroger à propos du tournage, des scènes de danse et de ces garçons…


BBC :Qu’avez-vous pensé de la première ?

Afshan : Oh, c’était absolument stupéfiant, c’était phénoménal. Aucun mot ne peut décrire ce que j’ai ressenti en voyant tous ces fans. Oh non, rien ne peut le décrire. C’était absolument stupéfiant, incroyable.

Shefali : C’était tout à fait surréaliste. Je n’avais jamais assisté à quelque comme ça auparavant. Il y avait tellement de gens en train de crier. Et tellement de gens rassemblés au même endroit au même moment, en train de crier le nom de tout le monde. C’était de la folie, c’est ce que je dis à tout le monde, c’était de la folie, et maintenant tout est flou quand j’y repense, parce que tout est allé si vite, descendre les escaliers au milieu de la foule avec tous ces gens qui criaient et demandaient des autographes. C’était du délire.

BBC : Avez-vous eu l’occasion de rencontrer quelques fans et de parler avec eux ?

Shefali : Oui, absolument, j’ai discuté avec certains d’entre eux. Il y avait ce type qui me disait qu’il était là depuis cinq heures du matin, parce qu’il venait d’Espagne, c’était dingue. Et il a agité sous mon nez cette carte promotionnelle avec ma tête dessus, et j’ai dit : « Waouh ! Où tu as trouvé ça ? J’en veux une ! » Ha ! Je l’ai signée, et d’autres gens agitaient leurs posters, et j’étais en train de signer des autographes. C’était vraiment super, et amusant. Ça aussi, c’était complètement surréaliste. Je n’avais pas l’impression d’être là, c’était comme si je regardais quelqu’un d’autre le faire. C’était géant.

Afshan : Même chose pour moi. Quand les fans ont votre photo et qu’ils hurlent votre nom, on se dit : « Mais comment ils connaissent mon nom ? » C’est tellement surréaliste, mais si flatteur de voir ces fans en train d’attendre, la veille de la première, venus même de l’étranger pour voir des gens comme nous. Nous leur étions très reconnaissants d’avoir fait tout ce chemin, parce que, comme je viens de le dire : ce n’est que nous ! Mais c’était super. Il y avait tellement de bruit, mais comme c’était la première fois qu’on venait à une première, c’était électrique, comme l’ambiance. À chaque pas qu’on faisait, c’était super, c’était génial.

BBC : Avez-vous vu le film ?

Ashfan : Oui. C’était en fait la deuxième fois que je le voyais.

Shefali : C’était la première pour moi.

Afshan : C’était la première fois pour Shefali, et moi la première fois je me recroquevillais sur mon siège quand je me voyais, et je me battais avec mes frères, qui me donnaient des coups de coude à chaque fois que j’apparaissais à l’écran. Mais là, comme c’était ma deuxième fois, je savais quand j’allais arriver, alors dès que j’apparaissais je faisais « Oooooooooh », comme ça, parce que je ne pouvais pas me regarder ou m’écouter, j’étais trop gênée. Mais c’était vraiment amusant. C’était super d’entendre la réaction du public devant notre jeu, et d’entendre les éclats de rire aux moments rigolos, les « aaaah » quand ils compatissaient… C’était vraiment génial d’entendre comment le public accueillait le film, vraiment.

Shefali : Oui.

BBC : Vous avez toutes les deux ces scènes hilarantes où vous ne cessez de passer devant Harry en disant : « Salut Harry ». Est-ce que ça a été amusant à tourner ?

Afshan : Oui, on va s’en souvenir toute notre vie, pas vrai ?

Shefali : C’était devenu une blague, sur le plateau.

Afshan : On était les admiratrices de Harry. À chaque fois qu’on le voyait on disait « Salut Harry », et il disait « Ohlala ». On disait qu’ils finiraient par faire des poupées parlantes qui diraient « Salut Harry ».

BBC : Shefali, qu’est-ce que ça vous a fait de vous voir sur cet écran géant à l’Odéon ?

Shefali : C’était vraiment super, mais je savais toujours quand j’allais apparaître à l’écran. Je n’avais pas encore vu le film, mais je savais si j’étais dans telle ou telle scène, alors à chaque fois que la caméra bougeait vers l’endroit où je me trouvais, je me disais « Seigneur, il faut que je me cache », je jetais un coup d’œil puis je regardais Afshan.

Afshan : Moi je te regardais en me disant à quel point tu étais superbe.

BBC : Ça doit être une drôle d’expérience, d’être dans le cinéma avec tous ces gens qui vous regardent ?

Ashfan : Oui, tout à fait. Je me rappelle cet homme qui était assis juste devant moi, et à chaque fois qu’on me voyait il se retournait pour me regarde et je pensais « Oooh, ne me regarde pas ». Mais finalement, c’est flatteur d’avoir tout le monde qui te dit que le film est super et que tu as été géniale. Je m’inquiétais de la réaction du public pour ce qui concernait mon rôle, parce que c’était mon premier film. Je voulais voir comment le public allait réagir ; mais c’était bien.

BBC : Ça ne t’a pas dégoûtée du cinéma, alors ?

Afshan : Non, pas du tout, ça m’a donné envie de continuer, au contraire.

BBC : Parlez-nous des auditions et racontez-nous comment vous avez obtenu votre rôle.

Shefali : Tout a commencé quand les agents de casting se sont mis à visiter des écoles dans ma région, à la recherche de certaines personnes qui pourraient passer une audition. Je sortais d’un contrôle, et je pensais m’en être mal sortie, alors j’étais de mauvaise humeur. Et mon professeur s’est mise à agiter dans ma direction une feuille de papier sur laquelle était écrit mon nom avec celui de nombreuses autres filles, en disant que quelqu’un était venu chercher des jumelles pour jouer dans le nouveau Harry Potter. Elle m’a demandé si ça m’intéressait et j’ai dit « Oui !! » parce que j’avais lu les livres, et j’avais toujours aimé jouer, alors je me suis dit que je pourrais essayer. Je suis allée à la première audition, et je me suis dit « Bon, il y a un tas de filles ici, je ne sais pas si j’ai une chance, mais je n’ai rien à perdre », alors je l’ai passée. Puis j’ai reçu un coup de fil environ une semaine plus tard, qui me disait que j’avais passé la première sélection, et je me suis dit « OK, maintenant j’ai une chance ». Puis ils m’ont rappelé après chaque audition, jusqu’à ce qu’Afshan et moi auditionnions ensemble, avec Mike Newell, le réalisateur, puis encore un coup de téléphone pour m’annoncer qu’on avait toutes les deux été prises. Et c’est comme ça que ça s’est passé.

BBC : Comment t’es-tu sentie quand on t’a appelée ?

Shefali : Ça a l’air idiot, mais je ne m’en suis toujours pas rendu compte. Je pensais que la première m’en ferait prendre tout à fait conscience, avec tous ces visages, mais quand j’y suis allée c’était comme si c’était quelqu’un d’autre au lieu de moi. Mais je crois que j’ai été vraiment, vraiment très heureuse quand j’ai su que j’avais le rôle. Je n’ai pas pleuré, mais j’étais très heureuse. Le plus heureuse qu’on peut être sans pleurer.

BBC : Et pour toi, Afshan ?

Afshan : Le matin, à l’école, on nous lit des annonces. Alors je me rappelle que j’étais assise là, à écouter mon professeur nous lire toutes les activités de la journée, et c’était très ennuyeux. Puis elle a dit que des agents de casting allaient venir dans notre école, pour trouver des jumelles asiatiques pour le film Harry Potter, et tout le monde s’est mis à rire.
J’allais à une école pour filles, et tout le monde voulait participer, alors on s’est dit « Allons-y ! ». Une de mes amies avait également lu les livres. On s’est dit « On n’y arrivera jamais, mais ça ne coûte rien d’essayer ». On y est donc allées après l’école, et on a vu toutes ces filles qui faisaient la queue en se pomponnant, qui se recoiffaient et se maquillaient. Je me suis tout de suite dit que je n’avais aucune chance, alors j’y suis allée comme j’étais, moi-même, vous voyez, j’ai souri, et des cinq filles de mon groupe il n’y a que moi qui ai été retenue pour l’audition suivante. Alors mes amies m’ont dit : « Oh mon Dieu ! Tu as peut-être une chance ! », et j’ai répondu : « Impossible. C’est Harry Potter, une personne comme moi ne fera jamais Harry Potter ». Mais je ne savais pas encore que je serais rappelée jour après jour, semaine après semaine, et puis, comme l’a dit Shefali, j’ai enfin passé l’audition avec elle et Mike Newell, et c’est là que tout a commencé.

BBC : Comment c’était de passer cette audition devant Mike Newell ?

Afshan : Très éprouvant pour les nerfs.

Shefali : J’étais très nerveuse, je n’ai rien mangé pendant une journée. Mike m’a proposé un fruit en me disant : « Allons, vous devez manger quelque chose ». Il a été tellement gentil.

Afshan : Oui, je me rappelle que tu étais stressée, et je me suis dit : « Seigneur, si elle est nerveuse, je vais l’être moi aussi ! ». Nous n’étions pas les seules à la dernière audition, il y avait une douzaine d’autres filles. Mais notre audition était retardée sans cesse parce qu’ils essayaient de trouver des jumelles ; mais Mike disait qu’il préférait avoir deux filles qui savaient jouer que deux jumelles qui en étaient incapables.

BBC : Ça a dû être absolument stupéfiant d’apprendre que vous aviez le rôle ?

Afshan : On pleurait, on criait, et ma mère est descendue en courant, en disant « Qui est mort , qui est mort ? » et j’ai dit : « Non, je viens d’être prise pour Harry Potter ». J’ai appelé mon frère au travail, et il s’est mis à le crier à ses collègues, c’était complètement surréaliste, et comme l’a dit Shefali, je ne m’en suis toujours pas tout à fait rendu compte.

BBC : Aviez-vous déjà lu tous les livres auparavant ?

Shefali : Je les avais tous lus.

Afshan : J’étais une fan.

Shefali : Oui, nous sommes très fans chez moi, nous avons tous les livres.

Afshan : Tous, moi aussi. Et je regardais Newsround tous les jours, pour les informations de Lizo à propos de Harry Potter. Une fan.

Shefali : Je me rappelle être allée voir le premier film au cinéma avec mes frères et sœurs. C’était tellement important, parce que les livres sont fantastiques, tout le monde les aime tant, et on voulait voir le film,on était si excités. C’est fou de penser que je suis dedans, à présent. C’est dingue.

Afshan : Complètement. Il y a un an, je lisais les livres, et je ne savais pas si je serais dans le film ou non. Et maintenant, ohlala… Maintenant je peux me voir en Padma et Shefali en Parvati, et c’est complètement différent.

BBC : Bien sûr, c’est comme ça que les fans vous voient, à présent !

Afshan : J’espère, j’espère.

BBC : C’est comment de tourner avec Daniel Radcliffe et Rupert Grint?

Afshan : Ce sont des acteurs fantastiques.

Shefali : Oui.

Afshan : Ils ont tellement les pieds sur terre, ce sont des gens normaux, très humbles. Dan et moi sommes devenus les meilleurs amis du monde, et Rupert était tellement marrant sur le tournage. Il fait tout le temps des blagues, et c’est difficile à croire mais ce sont vraiment des gens tout à fait normaux, des adolescents comme les autres toujours prêts à rire et qui veulent juste s’amuser. On était comme une grande famille, sur le plateau, et il y avait toujours quelqu’un pour venir te voir quand tu avais besoin de pleurer ou quand tu voulais rire avec quelqu’un.
Shefali : Dan est très marrant. On dansait bien mieux quand les caméras ne nous filmaient pas, et il a tellement d’humour et d’énergie, et il est d’un tel soutien. À un moment j’étais très nerveuse, pendant une scène avec Afshan et Rupert, et il m’a beaucoup aidée.

Afshan : Il te donnait souvent des conseils, non ?

Shefali : Oui.

Afshan : Il m’en donnait à moi aussi, j’allais le voir en disant : « À ton avis, comment je devrais dire ma réplique ? », et il était toujours présent pour m’aider, il est tellement humble et amical. Tout le monde l’était, à vrai dire, mais on est vraiment devenus les meilleurs amis, et j’espère qu’on le restera longtemps.

BBC : Vos scènes les plus importantes sont celle de la préparation du Bal de Noël et celle du Bal en elle-même. Combien de temps avez-vous tourné ?

Shefali : Environ trois semaines.

Afshan : Même un peu plus longtemps, non ? Je pense que ça a duré plus longtemps. On a fait huit scènes, et les gens s’imaginent qu’on les fait en une prise, mais non. Certaines ont duré une heure, trois heures, parfois on tournait jusque tard dans la nuit.

Shefali : Et à la fin, quand on a remis nos uniformes pour les scènes normales dans la Grande Salle, on oubliait que c’était ça qu’on portait, on avait toujours l’impression d’être en robe de bal, ça faisait bizarre d’être à nouveau en uniforme.

Afshan : Mais c’était super de voir tout le monde sur son trente et un, maquillé, superbe. Je me souviens que j’ai eu le souffle coupé la première fois que j’ai vu tout ça.

Shefali : C’était comme entrer dans le livre… c’était super.

Afshan : Je sais, comme entrer dans le livre, exactement, tout le monde était très beau et regardait les autres en disant : « Tu es superbe », c’était à nouveau le bal de promo. C’était magique, pas vrai ? Tout ça, le tournage, c’était stupéfiant. Tourner le film a été très long, mais on s’est bien amusés sur le plateau.

BBC : Vous avez eu des leçons de danse, avec le reste de acteurs ?

Shefali : Oui, et c’était très amusant, parce qu’on avait très peu de temps pour apprendre toutes les scènes de danse. On nous a mis sous ce grand chapiteau, avec une grande chorégraphe et prof de danse, très énergique. Elle faisait en sorte que ce soit amusant, avec la musique, mais elle nous faisait travailler très vite, donc on apprenait à danser rapidement, de manière qu’il soit plus facile de ralentir le rythme pour le tournage que l’inverse. C’était très amusant de faire ça, on a également appris à valser.

Afshan : Shefali a eu beaucoup de chance d’avoir toutes les leçons. Je n’en ai eu que quelques-unes parce qu’il se sont aperçus que je ne dansais pas vraiment dans le film, j’étais simplement assise là avec Ron. Donc je n’ai pas eu tous les cours, mais ceux auxquels j’ai assisté étaient très amusants. C’était triste d’avoir un cours pour l’école et de voir tous les autres se précipiter aux leçons de danse, et de leur dire : « Amusez-vous bien ».

BBC : Tout ça parce que Ron est trop en colère pour danser !

Afshan : Oui, je sais, je lui en veux beaucoup. Enfin, j’ai eu une danse, quand même, mais j’aurais préféré suivre toutes les leçons de valse.

BBC : Qu’avez-vous pensé de vos costumes ?

Afshan : C’était vraiment très joli. Il y avait une styliste sur le tournage. Ils voulaient que ce soit assez traditionnel comme vêtements indiens, et je trouve que nos robes étaient très jolies. Ils les ont faites venir d’Inde, non, Shefali ?

Shefali : Oui, je crois que c’est la styliste de Coup de foudre à Bollywood qui les a créées.

Afshan : Oui, c’est elle.

Shefali : Elle les a merveilleusement bien faites.

Afshan : Notre costumière était ravie de nous avoir en tenue traditionnelle indienne, pour montrer notre culture, mais elles étaient vraiment jolies et tout le monde sur le plateau les a aimées, elles étaient géniales, très colorées ; et évidemment, nos robes sont assorties.

Shefali : Oui, et nous avons changé la couleur du haut.

Afshan : C’était un peu comme pour le logo du film, barrettes assorties, tenues assorties, coiffures assorties, maquillages assortis.

Shefali : Boucles d’oreille uniques assorties.

Afshan : Boucle d’oreille assortie, barrette assortie.

Shefali : Nous ne portons pas deux boucles d’oreille, mais chacune une boucle d’une seule et même paire.

Afshan : Dans le film nous avons une boucle d’oreille, dans une oreille. Juste pour montrer que nous sommes jumelles, vous voyez. Et le maquillage aussi, et tout. Shefali a des grains de beauté sur le visage, alors on a dû m’en dessiner aux mêmes endroits, et moi j’ai les cheveux longs et Shefali a dû porter une perruque.

Shefali : Je portais une perruque. Elle était très lourde.

Afshan : Tu avais aussi un rembourrage, non ?

Shefali : Oui, c’est vrai. Je devais porter des talons très très hauts, parce que je suis un peu plus petite qu’Afshan.

Afshan : Shefali a eu un tas d’embêtements : la perruque, les talons… Moi je devais juste me concentrer sur mon maquillage.

Shefali : Mais tu t’es coupé les cheveux, maintenant.

Afshan : Oui, je les ai coupés.

Shefali : Elle avait des cheveux magnifiques, très longs, mais à présent ils sont courts.

Afshan : Maintenant ça va être à moi de porter la perruque !

BBC : C’est toi qui as eu toutes les corvées alors, Shefali ?

Afshan : Je passais au maquillage et à la coiffure en coup de vent, et Shefali y était toujours.

Shefali : J’y étais toujours, et tout le monde demandait : « Où est Shefali ? » « Toujours au maquillage ».

BBC : Matthew Lewis [Neville Londubat] aussi devait avoir un rembourrage, non ?

Afshan : On devait lui mettre de nouvelles oreilles, une bedaine et de nouvelles dents tous les jours.

Shefali : Ah, les dents !

Afshan : Et ensuite on me maquillait et on me mettait les grains de beauté.

BBC : Vous vous êtes retrouvées ensemble dans ce film, et à présent vous devez très bien vous connaître. Comment vous entendez-vous ?

Afshan : On est sœurs, n’est-ce pas Shefali ?

Shefali : Ouiiiiii !

Afshan : Parfois sur le plateau, il nous arrivait de dire : « Oh, maman va te tuer ! »

Shefali : Oui.

Afshan : Nous sommes de très bonnes amies. Tout cette expérience nous l’avons commencée ensemble, et finie ensemble. Nous avons même partagé un appartement.

Shefali : Oui.

Afshan : Avec Katie [Leung] nous avons partagé un appartement, on se voyait tous les jours et on est devenues comme sœurs, hein ?

Shefali : Oui, c’était génial.

BBC :Avez-vous le droit de dire si vous êtes dans le prochain « Harry Potter » ou pas ?

Shefali : Euh, je ne suis pas sûre.

Afshan : On verra. Croisez les doigts.

BBC : Est-ce que vous avez déjà été émerveillées de croiser une des stars, sur le plateau de « La Coupe de Feu » ?

Shefali : Alan Rickman, parce que j’adore le film « Robin des Bois, Prince des voleurs ». quand je l’ai vu, j’ai dit : « Oh mon Dieu ! C’est lui ! »

Afshan : Je me rappelle que tu n’arrêtais pas de me donner des coups de coude, en répétant « Alan Rickman ».

Shefali : Je crois qu’à un moment Christian Slater est venu sur le tournage, et j’ai fait : « Quoi ! Encore un de « Robin des Bois » ! » C’était super, parce que j’adore ce film.

Afshan : Je me rappelle, quand on est allées à la lecture du script, on n’avait pas encore rencontré Dan, Rupert et tout le monde, et quand est arrivées à la lecture, on s’exclamait : « Harry Potter ! Hermione ! Ron ! Fred ! George ! » En y repensant, c’était juste Dan, Rupert et Emma. Ah ! Le premier jour, on en est restées baba.

Shefali : Oui, la nuit précédente on était tout excitées de savoir qu’on allait voir tous les acteurs.

Afshan : Je me souviens que, du balcon de l’hôtel, j’ai vu James et Oliver, qui jouent Fred et George, et je me suis mise à crier que j’avais vu James et Oliver, et puis le lendemain, vous voyez, je les vois. Mais il y a tellement de monde sur le plateau, en particulier Maggie Smith. Je me rappelle que quand j’ai passé mes GCSE, j’ai écrit une histoire sur Maggie Smith, et là elle était dans la chaise voisine, au maquillage. Et je lui ai dit : « J’ai fait mes GCSE sur vous ! » C’était tellement bizarre. Mais j’étais stupéfaite tout le temps. Quand je parlais à Dan, j’étais là : « Quoi ? Tu es vraiment Dan ? » mais maintenant, c’est comme de vieux amis, vous voyez ?

BBC : Est-ce que vous diriez que votre vie a beaucoup changé depuis « Harry Potter » ?

Shefali : Oh oui, beaucoup.

Afshan : Complètement bouleversée.

Shefali : Je crois qu’elle a changé.

Afshan : Pour le mieux.

Shefali : D’une bonne manière.

Afshan : La meilleure.

Shefali : Aujourd’hui c’était super, parce que j’ai vu un poster Harry Potter sur un bus, et j’étais si fière. Aaaaaah !

Afshan : On a l’impression d’en faire partie, hein ?

Shefali : Puis je suis passée devant une grande photo de Stan et j’ai dit : « Aaah Stan ! » J’ai vraiment hâte que le film sorte.

Afshan : On ne s’en est toujours pas réellement rendu compte. Je suis allée sur Internet voir quelques photos de la première et de la fête, et je nous regardais, Shefali et moi, et je me disais : « Oh mon Dieu, on l’a vraiment fait ! ». Vous voyez, tout ce travail, toutes ces nuits sans dormir, c’était pour ça, et on a été payées de retour. Je me suis dit qu’on l’avait vraiment fait et alors, je me suis sentie submergée. On se dit : « Waouh, tu l’as fait, en fin de compte ». On se sent tellement fier de faire partie de ce phénomène international. Même si on ne voit que Dan et Katie dans les journaux, on se dit : Aaaaah, je les connais.

Shefali : Katie était superbe, je l’ai vue en couverture de tous les journaux. Mais, oui… Voir Dan et tous les autres.

Afshan : Tout le monde était tellement beau à la première.





Interview traduit par Hedwige.
Version originale en anglais disponible sur le site de CBBC Newsround

_________________
SNCL: Donner à la bonne foi des idées d'avance...
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com