Retour à l\'accueil Aller au Repaire de Harry Potter Aller au Repaire de Rowling
Nous sommes le 21 Oct 2018 19:36

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 34 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Les films d'épouvante d'Hideo Nakata
MessagePosté: 09 Juil 2005 22:00 
Hors ligne
Administratueuse
Administratueuse
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Déc 2003 18:39
Messages: 9950
Localisation: En train de regarder mes photos de vacances !
Pottermore: VoyantNight75
Les films d'épouvante d'Hideo Nakata. Image

Il s'agit d'un réalisteur japonais, Né le 19 Juillet 1961 à Okayama (au Japon).
En 1992, il tourne trois courts-métrages pour la télévision, "Les histoires d'horreur qui ont vraiment eu lieu". En 1996, il réalise Ghost Actress, puis, en 1998, le célèbre Ring, suivi de Ring 2 (je ne parle bien évidemment pas des remake américains, mais bien des originaux japonais). Dark Water, en 2002, reprend certains thèmes abordés dans Ring.


1- Ring Image


L'histoire:

Image

Pour résumer le sujet sans trop dévoiler:
Il s'agit d'une adaptation d'un roman de Koji Suzuki, écrivain célèbre au Japon.
Le film commence un soir, dans une maison. Deux adolescentes se font peur: l'une d'elles raconte qu'il existe une cassette vidéo "tueuse": après l'avoir regardé, on reçoit un coup de fil annonçant qu'il ne nous reste que sept jours à vivre. La télévision s'allume soudain... Quelques jours plus tard, suite à la mort de Tomoko Oishi, Reiko Asakawa commence une enquête qui va l'ammener à découvrir les secrets de cette cassette.


Mes impressions:

Image

Ce film est très oppressant. Aucune (ou presque) image choquante (pas de sang qui coule, de membre coupé...) mais un sentiment de malaise permanent qui va crescendo tout au long du film.

Le son possède une dimension primordiale: à lui seul, il provoque des frissons. Des sons a priori anodins (la pluie qui tombe, la mer...) accompagnent tout le film, tandis que d'autres (une balançoire qui grince, une sonnerie de téléphone), présents plus ponctuellement, suffisent à provoquer des frissons dans le dos.

L'impression d'enfermement est très présent: cette pluie qui tombe sans cesse semble emprisonner les personnages, les enfermer dans l'appartement.

Le sentiment de malaise est accru par l'effet d'insécurité: ce qui nous semblait sûr, rationnel (qui aurait peur de sa télé?) est soudain contaminé par quelque chose de plus ancien, ancestral. C'est d'ailleurs l'un des points intéressants de Ring: la confrontation entre l'ancien (l'île de Sadako) et le moderne (la ville urbanisée dans laquelle vit Asakawa): Par le biais de cette cassette, le monde rural contamine le monde moderne.

Le seul bémol à mon goût est que ce film est destiné à un public averti des croyances japonaises. Il reste au premier abord assez obscur, mais une fois qu'on a compris deux-trois choses, il n'y a plus de soucis. Ainsi, une jeune fille vêtue de blanc, les cheveux défaits devant le visage est une représentation classique de spectre au Japon. Pour ce qui concerne Sadako, il ne s'agit pas d'un banal fantôme dont la seule capacité surnaturelle réside dans le fait d'être encore "là" après la mort: elle possède certains pouvoirs, qu'on découvre dans le film. L'eau et la mer sont aussi des éléments importants, investis d'une symbolique qu'on retrouve, pour l'eau, dans Dark Water: elle semble intimement liée aux revenants, aux forces surnaturelles. D'ailleurs, quand Asakawa et son ex-mari sont sur la plage, cette impression d'une mer toute puissante est très présente.

Pour conclure, Ring marque le renouvellement du film de fantôme, un classique japonais qui trouve ici une nouvelle dimension - arriver à faire peur sans pratiquement rien montrer d'effrayant, l'antipode de l'Exorciste... Au Japon, ce film connaît un énorme succès - succès qui a dépassé ce pays, puisque l'Amérique s'est emparée de l'histoire pour en faire un remake qui, même s'il a le privilège de rendre plus explicite certaines références, révèle malheureusement un appauvrissement assez incroyable de l'histoire, et un non-respect du parti-pris de Ring puisque le recours aux effets spéciaux est beaucoup plus important.


2_ Dark Water Image


L'histoire:

Image

(résumé d'allociné)
Yoshimi Matsubara vient de divorcer. Elle élève seule, dans des conditions difficiles, Ikuko, sa fille âgée de six ans. Pour améliorer leur quotidien, elle décide d'emménager dans un appartement plus grand.
Mais une fois sur place, les lieux se révèlent insalubres. Des bruits étranges retentissent à l'étage supérieur. Puis, du plafond, commence à tomber de l'eau, qui, lentement, envahit le domicile. Chaque goutte devient alors une bombe destinée à faire voler en éclats la vie fragile de Yoshimi.
Celle-ci ne trouve pas de travail. Son mari souhaite récupérer la garde de l'enfant. Le concierge n'entreprend pas de réparations dans l'immeuble... Peu à peu, l'horreur s'installe. Et à mesure que l'existence de Yoshimi se dégrade, ses pires cauchemars prennent forme.


Mes impressions:

Image

Ce film est lui aussi une adaptation d'une nouvelle écrite par Koji Suzuki, l'Eau flottante.


Le parallèle avec Ring est intéressant: une histoire de revenant (toujours une petite fille), l'eau omniprésente, comme un vecteur du fantôme. Et toujours, le recours à un quotidien "banal", celui d'une ville urbanisée.

Cependant, si Ring est un film d'horreur, Dark Water est plus ambigu: il mêle à l'histoire de revenants celle d'un drame intime, celui d'une femme qui tente d'élever seule sa fille: si on peut avoir peur devant certaines scènes, c'est au final l'attendrissement, la compassion pour cette mère et sa fille qui ressort. Je pense que c'est ce qui fait la force de Dark Water: il ne se laisse pas enfermer dans un seul cadre, il joue sur plusieurs niveaux à la fois.

A propos de sa nouvelle l'Eau flottante, Koji Suzuki parle de sa propre expérience:
"Il y a sur le toit de l'immeuble un container identique à celui décrit dans la nouvelle et dans le film. Personne ne va jamais là-bas, sauf pour faire des feux d'artifice ou pour en apercevoir. Un soir, je suis monté avec mon fils, justement pour regarder un spectacle. Quand nous sommes arrivés sur le toit, j'ai vu un petit sac à main rouge posé au-dessus du réservoir d'eau. En l'ouvrant, j'ai trouvé un maillot de bain. Il n'y avait rien d'autre. Je n'ai pas compris ce que faisait ce sac à cet endroit là. Bien que cela soit étrange, j'ai imaginé qu'une femme venait nager là."






Pour conclure, je pense qu'une partie du succès des films d'épouvante de Nakata tient à la sobriété de la réalisation _ pas d'effets spéciaux à gogo, pas de flots de sang... _ , la peur est distillée à travers des situations qui mêlent le naturel et le surnaturel, elle s'installe par le biais d'objets on ne peut plus quotidiens. Difficile, après celà, de regarder une cassette vidéo ou un sac rouge de la même façon...

Pour ceux qui ont vu ces films, qu'en avez-vous pensé? Que pensez-vous de l'apport de Nakata aux films de fantôme japonais, et son influence dans le monde du cinéma?


Quelques liens:
Filmdeculte: Ring
Dark Water - Hideo Nakata

_________________
SNCL: Donner à la bonne foi des idées d'avance...
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Juil 2005 0:54 
Hors ligne
Star de Quidditch
Star de Quidditch
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Avr 2004 14:39
Messages: 1412
Moi j'ai vu aussi la version japonaise de Ring. Bon cela remonte à longtemps donc je vais faire des efforts de mémoire.

Mon impression est assez semblable à la tienne, ce n'est pas un film qui fait peur parce qu'il montre du sang. Aujourd'hui beaucoup de film se "disant" film d'horreur ne sont en fait que des films de massacres.

Non ici c'est l'angoisse qui pèse tout au long du film. Et c'est bien plus habile d'effrayer en angoissant plutôt qu'en se contentant seulement de "montrer" l'horreur.

Par contre c'est vrai que pour quelqu'un (comme moi) qui n'a pas une bonne connaissance de la culture japonaise, c'est difficile de saisir toutes les références de l'histoire.

Bon en résumé j'ai pas mal répété ce qu'avait déjà dit jess mais bon ça va faire 3 ans que j'ai vu le film donc j'ai oublié les détails. Mais sinon il est vrai que je trouve ce genre de film plus interessant que les films d'épouvante récents qui ne sont bons qu'à regarder entre amis le soir pour se procurer des sensations fortes.

_________________
"Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Il n'est pas nécessaire de le dire aux enfants."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 11 Juil 2005 14:34 
Hors ligne
Vendeur zélé chez Barjow & Beurk
Vendeur zélé chez Barjow & Beurk
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Déc 2003 14:07
Messages: 146
Localisation: *A l'EIVP ... sus aux crevettes*
Personnellement, je suis d'accord avec vs : ce qui fait la force de Ring, version japonaise en tous cas, c'est que des objets banals, liés à notre quotidien, sont les acteurs de drames qui dépassent l'entendement. La peur suscitée par ces films, au contraire des versions américaines, est une angoisse lancinante, insidieuse : finalement, on a presque plus peur tout seul après le film que pendant le film. La version américaine est beaucoup moins efficace : déjà, certains éléments du scénario sont remaniés (notamment en ce qui concerne les chevaux) pour être moins choquants, et surtout, les cadavres américains sont peu ragoutants, mais n'ajoutent rien au film, de même que leur version de Sadako (en décomposition, mais c'est bien trop ostensible : plus d'angoisse diffuse : on y croit moins ...). Les films d'horreurs à l'heure actuelle jouent plus sur l'horreur visuelle, le dégoût, que sur la psychologie : ils sont beaucoup moins efficaces. D'ailleurs, dans Ring 2, il y a bcp plus de sang : le film est moins crédible, moins réussi. En revanche, dans Ring 0, les recettes efficaces de Ring sont reprises, en y mêlant un peu de fantastique (oserais-je dire de féérique ?) : le résultat est un film poétique en même tps qu'effrayant.

Sinon, en ce qui concerne Dark Water, je n'ai pas eu la chance de le voir, donc je ne peux rien dire dessus ...

_________________
*Evil can be so sexy* ... Et surtt, surtt, que s'épanouissent les bishônens (Shin ...) et que dépérissent les poufs ...
*Bodmod addicted* (quoique, si on commence à faire la liste de ce à koi je suis addicted, on est pas sortis ...)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 11 Juil 2005 18:47 
Hors ligne
Administratueuse
Administratueuse
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Déc 2003 18:39
Messages: 9950
Localisation: En train de regarder mes photos de vacances !
Pottermore: VoyantNight75
Tu as vu Ring 0? J'hésitais à le voir, mais après avoir regardé Ring 2 (version japonaise), je ne l'ai pas fait...
Ring 2 m'a vraiment déçue. Outre le fait qu'il ne m'a pas fait peur (peut-être un frisson dans la scène du puit, et encore... difficile d'avoir peur d'une poupée en pate à modeler...), j'ai trouvé l'histoire beaucoup moins cohérente.
Par exemple, je n'ai pas compris comment faisait la fille morte, au début, pour entrer elle aussi dans le film et terrifier le journaliste.


Pour en revenir à Ring, je suis d'accord que la version américaine, à trop vouloir s'axer sur le visuel, perd sa puissance: par exemple, comme tu l'as fait remarquer, le fait qu'ils montrent le visage de Sadako (enfin, son équivalent américain): on en perd tout l'effet de surprise: dans la version japonaise, on ne voit son visage qu'à la toute fin. Et encore... à peine une moitié de visage. D'ailleurs, ce qui m'a le plus fait peur, ce sont ses mains...
Cet effet d'attente (on passe quand meme une bonne partie du film à se demander à quoi peut bien ressembler Sadako) renforce l'effet de peur, à la fin.

_________________
SNCL: Donner à la bonne foi des idées d'avance...
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 12 Juil 2005 13:41 
Hors ligne
Vendeur zélé chez Barjow & Beurk
Vendeur zélé chez Barjow & Beurk
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Déc 2003 14:07
Messages: 146
Localisation: *A l'EIVP ... sus aux crevettes*
Oui j'ai vu Ring 0 (mon ex-copain avait les 3, donc j'en ai profité) et j'ai trouvé qu'il était vraiment bien ... A mon avis, il revient aux recettes qui vont le "charme" du 1, tout en étant beaucoup plus poétique : le film est effrayant, et en même temps magique.

Spoiler:
Citation:
En ce qui concerne la fille dans la cassette, elle n'y rentre pas exactement, c'est comme Sadako : son énergie meurtrière imprègne en quelque sorte la cassette, d'où la scène. Mais j'avoue, c'est pas réussi ...

_________________
*Evil can be so sexy* ... Et surtt, surtt, que s'épanouissent les bishônens (Shin ...) et que dépérissent les poufs ...
*Bodmod addicted* (quoique, si on commence à faire la liste de ce à koi je suis addicted, on est pas sortis ...)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 12 Juil 2005 18:04 
Hors ligne
Administratueuse
Administratueuse
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Déc 2003 18:39
Messages: 9950
Localisation: En train de regarder mes photos de vacances !
Pottermore: VoyantNight75
Mais c'est justement ça, que je ne comprends pas: si Sadako a réussi à "rentrer" dans la cassette et à faire tout ce qu'elle faisait, c'est parce qu'elle était la fille d'une puissance venue de la mer, il me semble (je crois que, quelque part dans le film, ils disent que la mère de Sadako a eu un enfant avec quelque chose venue de la mer...), mais à ce que je sache, l'autre jeune fille était tout à fait normale...
Donc comment a-t-elle bien pu faire ce que Sadako fait?

_________________
SNCL: Donner à la bonne foi des idées d'avance...
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 13 Juil 2005 15:14 
Hors ligne
Vendeur zélé chez Barjow & Beurk
Vendeur zélé chez Barjow & Beurk
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Déc 2003 14:07
Messages: 146
Localisation: *A l'EIVP ... sus aux crevettes*
Spoiler :
Citation:
Tu as raison, Sadako est bien la fille d'une entité venue de la mère. Cependant, je crois que plus que cette parenté, c'est la force de sa haine qui contamine la cassette, ce qui expliquerait le cas de la fille. En outre, cette dernière est morte par Sadako, donc peut-être que ça vient de là aussi. Bref, de ttes manières Ring 2 est loin d'être le meilleur, donc si ça se trouve c'est juste une incohérence, auquel cas tu as bien raison !

_________________
*Evil can be so sexy* ... Et surtt, surtt, que s'épanouissent les bishônens (Shin ...) et que dépérissent les poufs ...
*Bodmod addicted* (quoique, si on commence à faire la liste de ce à koi je suis addicted, on est pas sortis ...)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 18 Juil 2005 18:16 
Hors ligne
Langue-de-plomb
Langue-de-plomb
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Déc 2004 22:24
Messages: 1809
Dark water est vraiment un chef-d'oeuvre.

Plus angoissant que Ring même. (qui a prit un cht'i coup de vieux il faut bien avouer)

Par contre Ring 2........mein gott, quel navet !! ^^

Ring 0 pour sa part a un scenario tres captivant.........jusqu'a à la fin ou là, ça tourne un brin au n'importe quoi je trouve. (tres eloigné de la nouvelle de monsieur Suzuki qui plus est)

_________________
"Build a man a fire, and he'll be warm for a day. Set a man on fire, and he'll be warm for the rest of his life."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Aoû 2005 19:06 
Hors ligne
Administratueuse
Administratueuse
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Déc 2003 18:39
Messages: 9950
Localisation: En train de regarder mes photos de vacances !
Pottermore: VoyantNight75
Je viens de voir Deux soeurs. Ce n'est pas un film d'Hideo Nakata , mais le lien entre eux est tellement fort que je présente ce film dans ce topic.

Deux soeurs Image

Il s'agit d'un film coréen, réalisé en 2003 par Kim Jee-Woon, avec Im Soo-Jung, Moon Geun-Young et Yeom Jeong-A.
Le classement de ce film est assez difficile: il est à mi-chemin entre l'épouvante et le drame.

"Deux soeurs de Kim Jee-Woon est une adaptation d'un conte populaire coréén intitulé Janghwa et Hongryun qui signifie en français "Rose et Fleur Lotus". Les deux héroïnes du film, Su-Mi et Su-Yeeon, portent les nom de ces deux fleurs. Ce récit fut créé par un conteur anonyme et transmis oralement au fil des siècles. La popularité de ce conte est telle que durant le XXème siècle, l'histoire fut adaptée à la télévision, sur scène et cinq fois au cinéma avant la version de Kim Jee-woon." (Allociné)



L'histoire:
Image
Su-mi et Su-yeon, deux soeurs, retournent dans la maison familiale, avec leur père. Elles sont acceuillies par leur belle-mère, Eun-joo, avec qui elles ne s'entendent apparemment pas. Su-mi, l'aînée, a un caractère entier; elle protège sa jeune soeur qui est très timide et ne parle presque pas, et qui semble être la cible d'Eun-joo.
Très vite, l'ambiance devient sombre: les attaques entre la belle-mère et les filles se multiplient, et le père, souvent absent, semble vouloir fermer les yeux.
Un soir, le frère d' Eun-joo et sa femme viennent dîner. La femme, prise d'une crise d'épilepsie, affirme avoir vu le fantôme d'une petite fille sous le placard de l'évier. Les évènements étranges se multiplient alors: des fantômes viennent peupler les cauchemards des soeurs, les oiseaux d'Eun-joo meurent... Le conflit entre Eun-joo et les soeurs s'agrave.



Commentaire d'Allociné:
2 soeurs appartient à cette nouvelle vague de films asiatiques hybrides, qui ne peuvent être associés au genre fantastique ou au film d'horreur. Un des principaux déclencheurs de ce courant fut le roman de Kôji Suzuki, "Ringu", adapté avec succès au Japon par Hideo Nakata (Ring en 1998).


Mon commentaire:
Image
Ce film se situe clairement dans la lignée de Dark Water: à mi-chemin entre le fantastique et le drame familial. Je dirais même que, ici, c'est le drame, l'histoire de ces deux soeurs qui l'emporte: ce film représente une plongée dans la folie. Difficile de rester insensible à ce qui se déroule sous nos yeux...
La maison familiale, qui devrait représenter la protection et la sécurité, symbolise alors le danger, l'inquiétude.
Le passage entre le film lui-même et les flash-back, surtout dans la deuxième partie du film, rend difficile sa compréhension: il faut donc s'accrocher, et rester attentif.
Les liens avec Ring et Dark Water sont évidents: un fantôme aux longs cheveux noirs devant le visage, Eun-joo regardant la télévision alors que celle-ci ne marche pas, le gros plan inquiétant sur l'eau, au début du film...
Je conseille vivement ce film à ceux qui ont vu et apprécié Ring et Dark Water.


Analyse du film:
Image
La particularité de Deux Soeurs est qu'un visionnage ne suffit pas: ce n'est qu'au bout, au moins, de deux visionnages qu'on comprend vraiment l'histoire.
De plus, comme ce film oscille entre le rationnel et le surnaturel, plusieurs interprétations sont possibles: je vais en exposer quelques unes. Ce qui suit va donc spoiler complètement le film, donc si vous comptez le voir, ne le lisez pas tout de suite...



L'histoire, dans l'ordre chronologique:
Voici tout d'abord un rappel des noms, afin de ne pas s'embrouiller:
Su-mi: la fille aînée, au caractère décidé.
Su-yeon: sa jeune soeur, discrète, timide.
Eun-joo: leur belle-mère, qui travaille, d'après le vêtement qu'elle porte sur une photo, dans le milieu médical.
Mu-hyun: le père.
Sun-kyu: l'homme invité à dîner. Il semble que ce soit le frère d'Eun-joo, mais ce n'est pas très clair.
Mi-hee: sa femme, qui est prise d'une crise d'épilepsie en plein dîner.

Tout d'abord, voici un rappel de l'histoire, dans l'ordre chronologique, pour remettre les choses au point:
La première scène dans l'ordre chronologique est donc la dernière scène du film: la mère des deux filles vit encore, mais est malade. Le père ramène chez eux Eun-joo, qui semble être une infirmière, et qvec qui il a apparemment une grande complicité. Suite à une dispute entre Eun-joo et les soeurs, Su-Yeon pars dans sa chambre pour pleurer; elle est consolée par sa mère. Plus tard, en se réveillant, elle ouvre la porte de son placard, et y découvre le cadavre de sa mère, qui s'est suicidée en se pendant. En essayant de décrocher son corps, elle fait tomber l'armoire sur elle: étouffée, elle est prise de spasmes.
Le bruit sourd provoqué par la chute du placard a été entendu dans toute la maison, mais seule Eun-joo monte pour voir ce qui se passe. Elle entre une première fois dans la chambre, mais, effrayée par le spectacle de Su-Yeon en train de se débattre sous le placard, elle part. Puis, prise de remords, elle commence à faire demi-tours pour l'aider. C'est à ce moment qu'elle est interrompue par Su-Mi, qui, en sortant de sa chambre, lui adresse des mots désagréables, ce qui fait qu'elle en oublie ou décide de ne pas secourir sa soeur. Su-Mi sort de la maison en colère suite à cette dispute. (Elle ignore l'accident de sa soeur)
La suite doit être devinée: Su-Mi, rentrant dans la maison, apprenant le drame de la mort de sa mère et de sa soeur, accuse Eun-joo du meurtre de sa soeur. Refusant de voir la réalité, elle sombre dans la folie et la schizophrénie.

On en arrive au début du film. Enfermée dans un hôpital psychiatrique, elle va pouvoir sortir pour revoir sa famille. Elle arrive donc dans la maison, mais, toujours schizophrène, elle dédouble son esprit: elle s'imagine donc en présence de sa soeur et d' Eun-joo: ceci va durer presque tout le long du film. Su-Mi va alors imaginer des situations où sa belle-mère martyrise sa soeur, et où elle est là pour la sauver. D'où la nécessité de créer dans sa tête Eun-joo: il faut la présence d'une menace, pour qu'elle puisse remplir son rôle de protectrice. Son père remarque dès le premier repas que sa fille a replongé dans son délire, et qu'elle joue à elle-seule trois rôles: sa femme, elle-même et son autre fille décédée.
Un passage est intéressant à analyser: le repas où sont invités Sun-kyu et Mi-Hee. Su-Mi, qui s'imagine alors être Eun-joo, parle en riant d'une anecdote de son enfance avec son frère: cela met tout le monde mal à l'aise. En le remarquant, Su-Mi traite alors Sun-kyu de fou. Devant le malaise de plus en plus présent, Mi-Hee est pris d'une crise, et s'éffondre avec des spasmes. Le parallèle avec la mort de Su-Yeon est très perceptibles: elles tremblent, et voient les pieds de Eun-joo. Plus tard, en rentrant chez eux, Mi-hee affirme à son mari avoir vu, lorsqu'elle était par terre, la tête renversé, une petite fille sous le placard de l'évier (un parallère avec Su-Yeon coincée sous le placard de sa chambre?)
Plus tard, en voyant que sa fille a tué les oiseaux et qu'elle a rayé la tête d'Eun-joo sur les photos la représentant, Mu-hyun décide de partir pour ramener Eun-joo, pour qu'elle l'aide. Il laisse donc un mot à Su-Mi, disant qu'il va revenir. Et c'est alors le délire final: Su-Mi, dans le rôle d'Eun-joo, s'imagine enfermant Su-Yeon dans un sac, et la frapper jusqu'à la mort, puis trainer le sac dans la maison, et l'enfermer dans le placard. Su-Mi (dans son propre rôle) arrive, mais trop tard pour sauver sa soeur. S'ensuit un combat entre Su-mi et elle -même en tant qu'Eun-joo, où elle finit par se blesser. C'est comme ça que la retrouve son père, de retour. Endossant alors le rôle d'Eun-joo, elle prend les médicaments que lui donne son père. Et c'est la révélation: apparaît alors la VRAIE Eun-joo: Su-Mi reprend sa véritable identitée, et est ramenée dans l'hôpital.

On se retrouve dans un couloir de l'hôpital: Mu-hyun parle avec des médecins, tout en regardant Eun-Joo assise plus loin: de toute évidence, c'est d'elle qu'ils parlent. Peu après, Mu-hyun et Eun-joo entrent dans la chambre de Su-Mi. Eun-joo s'assoie sur le lit, près d'elle, et lui dit qu'elle va repasser souvent, qu'elle n'a pas à s'inquiéter. Su-Mi, ne disant rien, lui prend alors la main et la serre fort. Eun-joo, perdant rapidemment patience, laisse apparaître de la haine sur son visage.

Plus tard, Su-Mi, sur son lit, pleure en se rappelant Su-Yeon. On voit ensuite la maison familiale, Eun-joo étant seule là-bas. L'air favoris de la mère décédée est alors sifflé: Eun-joo se dirige vers l'endroit d'où vient ce bruit, qui est la chambre de Su-Yeon. Elle entre. Elle voit une ombre se faufiler rapidemment derrière les rideaux: en les ouvrants, elle voit des cadres vides. La lumière s'éteint, la porte se referme. Le placard s'entrouve: elle s'en approche, et tire sur ce qui semble être la ceinture noire de la robe de la mère, qu'elle portait en se suicidant. Le fantôme de la mère apparait donc, et on entend le hurlement de la belle-mère: on suppose alors (mais sans certitude, vu qu'on ne voit pas son cadavre) qu'elle meurt.


Mon analyse:
Une fois remis à plat l'histoire, des questions restent néanmoins en suspent: Les fantômes (il y en a deux, celui de la mère, avec la robe noir, et celui de la fille, avec la robe verte) existent-ils, ou sont-ils le fruit de l'imagination délirante de Su-Mi? Eun-joo est-elle morte? Qui est véritablement responsable de la mort de Su-Yeon?
Je pense que plusieurs interprétations sont possibles, le film laissant volontairement le choix entre des explications rationnelles et surnaturelles.

Voici ce que je pense:
1-Pour la scène de la mort de Su-Yeon et de la mère:
Eun-joo monte, entre une première fois dans la chambre, resort, réfléchit et s'apprete à faire demi-tour, quand elle est intérrompue par Su-mi: ça, c'est ce qu'on voit. Mais si on part du principe que cette scène est également vue à travers les souvenirs délirants de Su-Mi, alors la seule chose sûre, c'est Eun-jo finissant de monter les escaliers, s'apprétant à aller dans la chambre de Su-Yeon pour voir la cause du bruit, mais interrompue par Su-Mi qui lui dit des choses désagréables. Si désagréables qu'elle en oublie ce pour quoi elle était montée, et menace Su-mi en lui disant quelque chose du genre "rappelle-toi ce que tu viens de me dire, car tu le regretteras".
Dans cette théorie, la personne la plus à blâmer est donc Su-Mi: c'est à cause d'elle que sa soeur n'a pu être sauvée. Si elle avait sû se retenir et ne pas provoquer Eun-joo, celle-ci aurait pu sauver sa soeur. Mais on peut également penser que toute la scène est vue depuis le point de vue d'un narateur omniscient, auquel cas Eun-joo a également sa part de responsabilité. Ceci sera d'ailleurs intéreessant par la suite.

2- la mère: vraie cadavre, ou fantôme?
On peut se demander si la mère et Su-Yeon sont véritablement mortes le même jour, ou si le cadavre n'est pas le fruit de l'imagination de Su-Yeon. Car, se suicider en se pendant dans l'armoire de sa fille, il faut quand même le faire^^ De plus, lors du repas précédent la mort, la mère n'est pas présente... étrange, non? Mais bon, cette question n'a pas tant d'importance que ça.

3- Les fantômes existent-ils vraiment?
Sur ce point, je pencherais pour le "oui", pour une seule raison: la scène dans la voiture, avec Sun-kyu et Mi-hee, ne semble pas être le fruit de l'imagination de Su-mi, puisque celle-ci n'est pas présente, ni sous son propre rôle, ni sous les deux autres personnalités qu'elle endosse. Or, Mi-hee affirme avoir vu le fantôme d'une fille (Su-Yeon) sous le placard de l'évier. Ce qui semble d'ailleurs logique: comme je l'ai dit plus haut, la crise semble être une reproduction de la mort de Su-Yeon; le placard de l'évier peut faire référence au placard de la chambre; une fois par terre, Mi-hee a la même vu qu'avait Su-Yeon: elle voit les deux pieds de Eun-joo. On pourrait même se demander si elle n'est pas, à ce moment, possédée par Su-Yeon, pour copier à ce point sa mort.

4- Eun-joo: vraie mâratre, ou victime de l'imagination de Su-Mi?
Plusieurs points semblent confirmer cette hypothèse: Déjà, l'un des points de vue de la mort de Su-Yeon: si Eun-joo est véritablement rentrée une première fois dans la chambre, alors elle a laissé Su-Yeon mourir, plutôt que de l'aider!
De plus, un peu avant dans le film, lorsque le père l'amène à la maison alors que la mère est encore en vie, ils semblent très complices... avaient-ils déjà une relation, à ce moment-là?
Enfin, lors de la scène dans l'hôpital: tant que le père la voit, elle se montre douce envers Su-Mi. Mais dès que celle-ci lui prend la main, elle perd très rapidement son calme, et son visage laisse apparaître pour quelques temps de la haine.

5-Eun-joo meurt-elle, à la fin?
Si oui, cela présuppose donc l'existance des fantômes. Ainsi que la culpabilité d'Eun-joo, car on peut supposer que le fantôme de la mère attire Eun-joo dans la chambre afin de la punir du traitement qu'elle a réservé à ses filles.

Pour conclure, je pense qu'une grande partie de l'intéret de ce film réside dans la multiplicité des interprétations qu'on peut en donner: ce qui en fait, pour moi, un film encore plus réussi que Dark Water.



Liens:
Deux Soeurs - Allociné
Topic d'interprétation du film, sur le forum d'Allociné
les bandes-annonces et extraits du film

Est-ce qu'il y en a qui l'ont vu? Si oui, quelle a été votre interprétation du film?

_________________
SNCL: Donner à la bonne foi des idées d'avance...
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Aoû 2005 19:12 
Hors ligne
Langue-de-plomb
Langue-de-plomb
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Déc 2004 22:24
Messages: 1809
Wahou.

Je connais pas ce film mais en tout cas tu le vend bien !!

Il est facilement trouvable en DVD ?

_________________
"Build a man a fire, and he'll be warm for a day. Set a man on fire, and he'll be warm for the rest of his life."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Aoû 2005 19:14 
Hors ligne
Administratueuse
Administratueuse
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Déc 2003 18:39
Messages: 9950
Localisation: En train de regarder mes photos de vacances !
Pottermore: VoyantNight75
Oui, enfin moi je l'ai vu en le louant dans une boutique de DVD, alors à mon avis, tu le trouveras :wink:

_________________
SNCL: Donner à la bonne foi des idées d'avance...
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Aoû 2005 19:37 
Hors ligne
Langue-de-plomb
Langue-de-plomb
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Déc 2004 22:24
Messages: 1809
Citation:
Oui, enfin moi je l'ai vu en le louant dans une boutique de DVD, alors à mon avis, tu le trouveras


Ok, je viens de faire le tour de pas mal de critiques et c'est vrai qu'il a l'air assez allechant ce film.

Je vais essayer de trouver tout ça demain. :wink:

_________________
"Build a man a fire, and he'll be warm for a day. Set a man on fire, and he'll be warm for the rest of his life."


Dernière édition par castel le 08 Aoû 2005 12:41, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 07 Aoû 2005 14:00 
Hors ligne
Vendeur zélé chez Barjow & Beurk
Vendeur zélé chez Barjow & Beurk
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Déc 2003 14:07
Messages: 146
Localisation: *A l'EIVP ... sus aux crevettes*
Ah ... moi je l'avais vu 2 soeurs ... et chuis contente de ton résumé de l'histoire, paske mm en lisant les débats sur le forum Allociné, j'avais pas tout compris au film (faut dire aussi que j'ai pas lu tous les topics, donc ...)et là finalement, j'ai fini par comprendre !

En ce qui concerne tes interprétations, je suis plutôt de ton avis, même si
Spoiler :
Citation:
pour moi Eun-joo est plutôt victime de Seun-Mi, de ses délires hallucinatoires, qu'une réelle marâtre. Pourtant, je dois dire que tes arguments sont assez convaincants, et il faudrait que je revoie le film (après tout je l'ai vu au cinéma l'année dernière, donc ça date un peu) pour te dire ce que j'en pense réellement


En tous cas, pour moi ça reste un film réussi, et réellement effrayant (je vous raconte pas dans la salle de cinéma ... il y avait des passages où toute la salle se cachait les yeux en attendant de voir ce qui allait se passer ...) mais que je ne regrette pas d'avoir vu !

_________________
*Evil can be so sexy* ... Et surtt, surtt, que s'épanouissent les bishônens (Shin ...) et que dépérissent les poufs ...
*Bodmod addicted* (quoique, si on commence à faire la liste de ce à koi je suis addicted, on est pas sortis ...)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 07 Aoû 2005 18:25 
Hors ligne
Administratueuse
Administratueuse
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Déc 2003 18:39
Messages: 9950
Localisation: En train de regarder mes photos de vacances !
Pottermore: VoyantNight75
Je suis contente que quelqu'un d'autre l'ait vu, sur le forum!
Mais si, pour toi, Eun-joo est une victime, à ton avis, elle ne meurt pas à la fin? Donc tu penses qu'il n'y a pas de fantômes? Dans ce cas, comment expliques-tu que la femme du dîner l'ait aussi vu, le fantôme de Su-yeon?

Pour info, je crois que lundi 8, (donc demain) ils passent Dark Water sur Ciné Cinéma, ou une autre chaîne du cable... à vérifier, mais je crois avoir lu ça ce matin.

_________________
SNCL: Donner à la bonne foi des idées d'avance...
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Aoû 2005 20:47 
Hors ligne
Vendeur zélé chez Barjow & Beurk
Vendeur zélé chez Barjow & Beurk
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Déc 2003 14:07
Messages: 146
Localisation: *A l'EIVP ... sus aux crevettes*
En fait Jessica, pour pouvoir répondre à ta question, il faudrait que je revoie le film. En effet, vu que j'avais pas trop compris jusqu'à ton résumé, et que je ne me souviens plus vraiment de toutes les scènes, c'est plus mon sentiment qu'une vraie interprétation !

Citation:
En fait vu que Su-Mi est schizophrène, je pensais que tous les fantômes n'étaient que le fruit de son imagination. Mais vu que la belle-soeur voit la petite fille sous l'évier ... En même temps, cette dernière est en pleine crise d'épilepsie, alors de là à penser qu'elle a été victime de l'ambiance délétère et donc qu'elle a imaginé le fantôme, il n'y a qu'un pas ...


La conclusion de tout ça : faut que je trouve le temps (et le courage lol) de revoir le film, encore une fois ...

_________________
*Evil can be so sexy* ... Et surtt, surtt, que s'épanouissent les bishônens (Shin ...) et que dépérissent les poufs ...
*Bodmod addicted* (quoique, si on commence à faire la liste de ce à koi je suis addicted, on est pas sortis ...)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 34 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com